GENRE

La dimension du genre est transversale à l’ensemble de ce projet et se décline à travers ses différents objets d’étude :

- d’une part, elle permettra de distinguer les différences de représentations des garçons et filles sur l’homéopathie au sein du public scolaire et universitaire étudié. Au regard des conclusions de la commission européenne, montrant une implication plus importante de la femme face à l’homéopathie, il s’agira de saisir si, et comment cette dynamique sexuée se traduit au fil des âges. Au-delà des représentations sociales, l’étude permettra également de comprendre si la prise de médicaments homéopathiques chez un public d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes diffère selon le sexe et l’âge.

- d’autre part, elle sera convoquée au regard de la sphère médicale et des praticiens de santé. Elle permettra d’identifier si, et comment la différenciation sexuée s’opère chez les médecins et pharmaciens. Il s’agira notamment de comprendre les raisons ou les motivations ayant présidées au choix par les praticiens de la spécialisation en homéopathie, ainsi que leurs pratiques.

- par ailleurs, l’étude de la sphère du grand public et des patients permettra aussi d’analyser la manière dont les histoires de santé ayant poussé les patients à s’orienter vers l’homéopathie sont porteuses ou pas de déterminants genrés.

- L’approche du genre sera enfin réalisée au sein de la sphère familiale en définissant comment les hommes et les femmes investissent le web social, notamment au travers de forums de santé où, de prime abord, prédomine la présence féminine. Il s’agira de saisir l’ampleur de cette prédominance et les dynamiques de genre mises en œuvre.